Les espèces animales et végétales dans leur milieu naturel et les animaux ou végéteaux disparus ou en voie d'extinction...

mardi, juillet 25, 2006

Les grenouilles arboricoles


La famille des dendrobatidés compte plusieurs genre, regroupant chacun plusieures espèces.
Les genres concernés sont Dendrobates, Phyllobates, Aromobates, Epipedobates, Colostethus et Minyobates.
Le genre Dendrobates est constitué de plusieurs espèces localisées du sud du Nicaragua au nord-ouest de l'Équateur, dans l'est de la Andes de la Colombie au nord du Pérou, au Surinam, en Guyane française et au Brésil. Dendrobates auratus a été de plus introduite à Hawaii.
Toutes les espèces de ce genre ont été inscrites à l'annexe II de la Cites afin de contrôler leur commercialisation.


Description: Les Anglo-Saxons regroupent les espèces de ces différents genres sous le nom de "poison frogs", ou "poison dart frogs". Ce nom populaire vient de la réputation toxique des ces petites grenouilles, que certaines tribus indiennes utiliseraient pour enduire de poison la pointe de leurs flèches (dart).
En pratique, seules 3 espèces de Phyllobates, dont Phyllobates terribilis, sont réellement dangereuses dans la nature. Les autres espèces provoques simplement des réactions d'irritations, surtout si le poison qu'elles sécrètent entre en contacte avec les muqueuses. Les Dendrobates ne méritent donc pas vraiment ce surnom de « poison dart frogs ».
Quand aux animaux du commerce, même les phyllobates, ils ne sont normalement pas dangereux. En effet, en captivité, ces grenouilles perdent l'essentiel de leur toxicité. C'est encore plus vrai pour les animaux nés en captivité. La théorie ancienne et dominante (mais longtemps pas vraiment prouvée) voulait que leur poison soit d'origine exogène, c'est à dire produit hors de leur corps. Il viendrait d'insectes eux-mêmes toxiques, dont ils se nourrissent. Personne ne faisant encore l'élevage de tels insectes pour nourrir ses pensionnaires, ceux-ci perdent donc assez vite leur toxicité.Début 2004, des travaux ont été publiés indiquant que la réalité est un petit peu plus complexe : les Dendrobates (comme les autres Dendrobatidés) ont effectivement besoin de se procurer les alcaloïdes de base pour leur poison dans les insectes qu'elles chassent. Mais elles n'utilisent pas tous les alcaloïdes ainsi collectés tels quels. Une équipe de chercheurs américains, menée par John Cover, de l'Aquarium National de Baltimore (États-Unis), a réussi à montrer chez des Dendrobates la présence d'une hydroxylase capable de transformer un alcaloïde donné en un composé cinq fois plus dangereux. Article.
Les Dendrobates font 2 à 6 cm (en moyenne 4 cm), et sont souvent très colorées. Ces couleurs, loin d'être un camouflage, sont un signal leur permettant d'être repérées par les prédateurs. Ceux-ci connaissent leur goût affreux, voir leur dangerosité, et les évitent donc.
Les Dendrobates vivent dans les forêts pluviales d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. Ils vivent surtout au niveau du sol. Certaines espèces ont un tempérament de grimpeuses, et montent volontier sur les arbres. Mais les Dendrobates ne sont pas véritablement des arboricoles.
Voici quelques espèces :
Dendrobates auratus vient d'Amérique centrale et du nord de la colombie. 3-4 cm.
Dendrobates azureus vient du Surinam, ou des régions brésiliennes frontalières. 4-5 cm.
Dendrobates leucomelas vient de certaines régions du Brésil, de Colombie, du Guyana, et surtout du Venezuela. 3-4 cm.
Dendrobates ventrimaculatus vient d'Amazonie péruvienne, équatorienne et régions limitrophes brésiliennes, ainsi que de la Guyane française. 2 cm.
Ces espèces vivent en plaine ou à basse altitude.


Liste des espèces
Dendrobates abditus Myers et Daly, 1976.
Dendrobates altobueyensis Silverstone, 1975.
Dendrobates amazonicus Schulte, 1999.
Dendrobates arboreus Myers, Daly, et Martinez, 1984.
Dendrobates auratus (Girard, 1855). Photos
Dendrobates azureus Hoogmoed, 1969. photos
Dendrobates biolat Morales, 1992.
Dendrobates bombetes Myers et Daly, 1980.
Dendrobates captivus Myers, 1982.
Dendrobates castaneoticus Caldwell et Myers, 1990.
Dendrobates claudiae Jungfer, Lötters, et Jörgens, 2000.
Dendrobates duellmani Schulte, 1999.
Dendrobates fantasticus Boulenger, 1884.
Dendrobates flavovittatus Schulte, 1999.
Dendrobates fulguritus Silverstone, 1975.
Dendrobates galactonotus Steindachner, 1864.
Dendrobates granuliferus Taylor, 1958.
Dendrobates histrionicus Berthold, 1845.
Dendrobates imitator Schulte, 1986.
Dendrobates lamasi Morales, 1992.
Dendrobates lehmanni Myers et Daly, 1976.
Dendrobates leucomelas Steindachner, 1864. photos
Dendrobates minutus Shreve, 1935.
Dendrobates mysteriosus Myers, 1982.
Dendrobates occultator Myers et Daly, 1976.
Dendrobates opisthomelas Boulenger, 1899.
Dendrobates pumilio Schmidt, 1857.
Dendrobates quinquevittatus Steindachner, 1864.
Dendrobates reticulatus Boulenger, 1884.
Dendrobates rubrocephalus Schulte, 1999.
Dendrobates sirensis Aichinger, 1991.
Dendrobates speciosus Schmidt, 1857.
Dendrobates steyermarki Rivero, 1971.
Dendrobates tinctorius (Schneider, 1799). Dendrobate à tapirer
Dendrobates truncatus (Cope, 1861).
Dendrobates vanzolinii Myers, 1982.
Dendrobates variabilis Zimmermann et Zimmermann, 1988.
Dendrobates ventrimaculatus Shreve, 1935. Dendrobate à ventre tacheté
Dendrobates vicentei Jungfer, Weygoldt et Juraske, 1996.
Dendrobates viridis Myers et Daly, 1976.
Dendrobates virolinensis (Ruiz-Carranza et Ramirez-Pinilla, 1992).

Trouvé sur Wikipédia, donc il suffit de cliquer sur un lien pour se trouver sur Wikipédia.