Les espèces animales et végétales dans leur milieu naturel et les animaux ou végéteaux disparus ou en voie d'extinction...

dimanche, juillet 23, 2006

Le Dodo ou Dronte ou Solitaire de l'île Bourbon

Une espèce endémique:
Appelé aussi dronte, cet oiseau n'est pas capable de voler, ni de courir, ou alors chasser. Il ne sait même pas se cacher ! Découvert en 1507, il disparut en 1680. (la première description date de 1598.)
Une espèce ancestrale: dodo fait partie de la même famille des pigeons, les raphidés. Il ressemble à une grosse dinde de 70cm et de 14Kg. Il a deux pattes jaunes et un plumage sobre le recouvre d'un épais duvet ondulé. Sa tête est déplumée pour qu'il puisse être sec même en temps de pluie. Son long bec jaune est courbé en sa pointe, sûrement pour creuser et trouver des insectes, ou ouvrir les fruits et en manger la chair. Des débris de l'île de France extraits des laves assurent que l'existence antérieure du dodo a l'homme.
Une espèce d'oiseau: dodo de Maurice, appelé aussi dronte, avait la plus mauvaise réputation : sa chair était infecte, son attitude grotesque et son apparence repoussante. Le solitaire de Rodrigue vivait seul mais était très nombreux dans cet archipel, c'était le plus rapide. Quant au solitaire de la Réunion, dont ces plumes tiraient vers le jaune, il avait une chair si appétissante que Carré écrit en 1608 "Sa chair en est exquise : elle fait un des meilleurs mets de ce pays". Des récits parlent d'un oiseau bleu qui ressemblait au dodo et qui vivaient dans les hauts de la Réunion, mais aucune trace n'a été découverte. Plus étrange encore, on parle d'un mystérieux dodo blanc de la réunion au début du 17e siècle.
Une espèce menacée: premiers colons ne prirent pas longtemps à chasser le dodo. "Dix hommes purent en prendre assez pour nourrir quarante hommes pour un jour" (Castelon 1613). L'animal n'est pas habitué aux prédateurs, il vivait comme un pacha sur ses îles tropicales. Ils se faisait attraper à coup de canne ou même à la main. Les colons n'avaient aucune pitié, tout était bon : œuf, adulte et même les poussins ! Ils en chargèrent les navires comme réserve de nourriture A ce rythme, le dodo n'a pas survécu longtemps. Il disparait au fur et à mesure que les hommes s'installent.
Une espèce disparue:dernier spécimen venant l'île bourbon est mort sur un navire français rentrant au pays. Contes et légendes alimentent le mystère du dodo disparut en 1755. Cinquante ans plus tard, on parlait déjà de légende en métropole. Mais les créoles et les marins se souviennent bien de ce gros oiseaux au bec difforme et aux pattes à peine assez grosses pour soulever son corps gras et volumineux. Durant le 20e siècle, l'espace naturel de vie des animaux a considérablement diminué. Des espèces, mêmes résistantes succombent sous le poids de la pollution de la nature par l'homme. La biodiversité est menacée, il faut réagir.